Fiche aide alimentaire

Fiche aide alimentaire

 En complément de l’ebook “Comment nourrir ses enfants ?Comment s’alimenter en période de crise ?, Kalune a décidé de recenser les initiatives et les bons plans pour manger mieux et  moins cher. Une alimentation riche et variée est indispensable pour garder la santé et la forme.

Fiche mieux manger, conseille et fiches repas

 

 L’aide alimentaire en France

 « L’aide alimentaire est un dispositif d’aide aux personnes en situation de précarité. Pour y avoir accès, il faut d’abord rencontrer une assistante sociale. Certaines associations effectuent une évaluation directement avec la personne.

L’accès à l’aide alimentaire est toujours temporaire et peut être renouvelée dans certaines situations au cas par cas.

Différents types de distribution de l’aide alimentaire existent :

  • Colis/paniers alimentaires : des bénévoles vous accueillent et vous donnent des colis alimentaires, une participation financière peut être demandée
  • Epicerie sociale ou solidaire : vous choisissez des aliments dans des rayons, vous payez une participation financière par aliment
  • Repas chauds : un repas vous est proposé, gratuitement ou avec une participation financière minimale,
  • Maraude : des personnes vont à la rencontre des personnes sans abris pour donner de la nourriture

 En cas d’urgence (si vous n’avez plus rien à manger dans l’immédiat), identifiez l’association d’aide alimentaire la plus proche de chez vous en recherchant sur internet et présentez-vous directement. Une aide de secours vous sera généralement proposée, mais il faudra, de toutes façons, prendre ensuite rendez-vous avec une assistante sociale pour évaluer votre situation et la possibilité d’avoir accès à l’aide alimentaire. (source)

 

Cette page sera mise à jour régulièrement.

N’existez pas à vous abonner pour être informés et suivre nos actualités et publications.

Suivez nous et likez-nous sur les réseaux sociaux

 

Notre vision de l’aide alimentaire

Nos équipes ont été confrontées à plusieurs reprises à ces problèmes, et pas  seulement au sein des familles « pauvres ». C’est la raison de notre obstination à créer une banque alimentaire en 2011. Nous devons apporter une aide concrète de courte durée à toutes les familles, et pas seulement à celles bénéficiaires des minima-sociaux, mais aussi à celles fragilisées par un événement de la vie.

« Nous avons été les premiers en France dès 2010 à solliciter la Banque alimentaire. L’idée était de permettre à des personnes en surendettement de  se nourrir, de favoriser l’autonomie des familles dans la gestion de leur budget alimentation et de promouvoir une alimentation équilibrée. »

Il ne faut malheureusement pas oublier que « de plus en plus de gens ne mangent plus à leur faim, à cause d’un budget trop serré. » La pauvreté touche de plus en plus la classe « moyenne », les personnes en situation précaire, les retraités, les familles monoparentales et les jeunes. «  Selon le Credoc, « lorsqu’ils ont payé toutes leurs dépenses fixes, 56 % des ménages pauvres ne disposent plus que de 250 euros par mois pour vivre ».                                             

Nous avons mis en place une aide alimentaire ponctuelle pour une durée allant de 1 à 6 mois, en fonction de la situation de la famille. Le nombre mensuel de bénéficiaires de cette aide est passé de 100 à 400 personnes. Elle était attribuée à des personnes âgées, des travailleurs pauvres, des familles dont les deux parents travaillent, des demandeurs d’emploi, des fonctionnaires, des personnes en situation de handicap, mais surtout à des enfants (entre 40 et 50% des bénéficiaires avaient moins de 18 ans).              

Nous devons, au niveau national, élargir le nombre de bénéficiaire de l’aide alimentaire, aux foyers de travailleurs placés dans une situation temporaire difficile et ceux qui ont besoin d’un coup de pouce passager pour soulager les finances du foyer.

Nous n’avons jamais été entendus ni compris, les élus et les autres associations estimant que cette aide alimentaire ne devait être destinée qu’aux pauvres.

 

Annuaires

Les banques alimentaires

Depuis 35 ans, les Banques Alimentaires agissent contre la pauvreté et la précarité alimentaire. Le réseau est composé de 79 banques alimentaires locales et 29 antennes, regroupées au sein d’une Fédération. Elle fédère 5400 associations et CCAS français, et nourrit au quotidien 2 millions de personnes, soit l’équivalent de 226 millions de repas.

 

CCAS ou CIAS (Centre (Inter) Communal d’Action Sociale)

MDS (Maison départementale des solidarités)

Le service des assistantes sociales aide sous forme de courrier destiné aux associations solidaires (bons ou colis alimentaires), de tickets restaurants ou de CAP (Chèques d’Accompagnement Personnalisé) d’un montant moyen de 6 €.

De nombreuses communes et départements ont mis en place des mesures exceptionnelles pour aider leurs administrés.

 

CAF et Sécurité sociale

Le Service des assistantes sociales, aide sous forme de courrier destiné aux associations solidaires ou d’aide financière (virement)

 

Mais aussi :

 Croix-Rouge 

Restos du Cœur 

secours populaire

federation solidarite

 Annuaire d’organisme du site je veux aider.

Le maillage territorial  avec des associations et structures à proximité de votre domicile est très important, les mairies peuvent vous renseigner et vous donner les contacts utiles.

 

Les épiceries sociales

Ce sont des magasins solidaires où les clients sont bénéficiaires de l’aide alimentaire ; ils doivent payer une contribution sur la valeur théorique de leur achat.

 

Remercions tous ces bénévoles qui aident au quotidien des millions de personnes à travers le monde. Soyons également reconnaissants envers ces entreprises donatrices.

  

Pour les marseillais et les habitants des bouches du Rhône :

« IMPORTANT ! Le point d’entrée pour toutes les demandes des familles à prioriser : LES MDS (maisons départementales de la solidarité)

 

Les MDS s’organisent pour répondre au standard pour les situations d’urgence.
Pour toutes les personnes dans le besoin, il faut appeler la MDS de votre secteur qui fait une évaluation et oriente sur une MDS de permanence (St Sébastien, Flamants, Belle de Mai) pour bénéficier de tickets resto, bons alimentaires, colis alimentaires etc.
Ne pas aller dans ces MDS sans orientation, ils ne feront pas d’évaluation. N’hésitez pas à les solliciter car l’aide concerne tout le monde : familles sans ressources ou avec faibles ressources, familles monoparentales, familles sans papiers, personnes isolées, etc….

Mairie de Marseille
3013, un numéro gratuit, du lundi au vendredi de 9h à 17h : Allô Mairie Marseille pour répondre à vos questions concernant les actions menées par la collectivité dans ce contexte d’urgence (démarches administratives, demandes d’état civil, gardes dans les écoles pour les personnes éligibles, aides et dispositifs économiques, pompes funèbres…). Ils pourront également vous réorienter vers les collectivités, organismes ou les administrations officiels concernant les sujets extra-municipaux (médicaux, économiques, etc.) » (source MPE13)

points de distribution à Marseille

 

 

error: contenue protégée