En cas de difficulté, qui peut aider ses familles ?

Aujourd’hui personne n’est à l’abri de la spirale du surendettement, tout le monde peut tomber dans ce piège, tout comme tomber malade ou perdre son emploi. Ses différentes situations déclenchent des problèmes en chaîne et ces personnes  subissent des situations au point de ne plus arriver à s’en sortir, car elles ne maîtrisent pas les rouages du système financier.

Les assistantes sociales, services sociaux et associations aidant en priorité les plus faibles, ne s’occupant pas des classes moyennes et écartant de facto une partie de la population.

Nombreuses sont les associations qui viennent en aide aux familles, mais très peu apportent une aide concrète dans la réalité.

Nous aidons ces familles à s’en sortir concrètement en examinant l’ensemble des différentes solutions pour maîtriser le budget familial, et en priorité faire face aux dépenses fixes.

 

Nous devons apprendre à ne pas vivre au-dessus de nos moyens et ainsi  éviter bien des déboires

 

La population doit apprendre le contentement, à maîtriser l’endettement, à le réduire afin de dégager de l’épargne de précaution. Cette crise intervient après les fêtes de fin d’année et le passage des impôts, la trésorerie des entreprises et des particuliers est au plus bas. Une perfusion importante sera nécessaire, ainsi que la mise en place d’un programme d’accompagnement.

 

Prévenir, c’est préparer l’avenir avec une réponse à une situation d’urgence.

 Nous ne sommes pas les seuls, à nous inquiéter de la situation, même le Pape François « prie pour les personnes en difficulté financière ». Lors de la messe à Sainte-Marthe ce lundi, François a prié pour ceux qui souffrent de la crise économique causée par l’épidémie de coronavirus qui a bloqué de nombreuses entreprises. »  «Nous prions aujourd’hui pour les personnes qui commencent à ressentir des problèmes économiques à cause de la pandémie, parce qu’elles ne peuvent pas travailler et que tout cela retombe sur la famille. Nous prions pour les personnes qui ont ce problème».

 Nous constatons que la situation est bien plus grave qu’il n’y parait. En effet, il se profile une crise inquiétante. Un naufrage collectif et individuel, qui va laisser de nombreuses personnes et familles sur le carreau, dans la détresse, dans la désillusion.

 

 Les moyens en place 

 Nous ne sommes pas assez nombreux pour répondre à l’immense besoin, les moyens mis en place face à une telle détresse sont ridicules ! Nous retiendrons que 140.000 dossiers de surendettement sont déposés chaque année, plus d’un million de dossiers en cours dans les commissions de surendettement, des millions de clients fragiles (13 en 2016), des drames humains, des suicides (au moins 3 par jour, près de 1.000 par an), des arrêts maladies et un coût social et fiscal astronomique (au moins 15 milliards par an), alors que le montant des créances reconnues est inférieur à 10 milliards.

Que dire de la situation des entreprises en difficulté. Très peu de prévention.

 

Il est urgent de mobiliser les acteurs locaux afin de pouvoir répondre à l’immense demande d’aide et d’accompagnement de la population.

 

Comment peut-on aider en période de crise ?

L’association La roue de secours aide et accompagne les particuliers, les entrepreneurs, dirigeants, les associés, les actionnaires, les entreprises et leurs salariés qui traversent une crise financière, économique, administrative. L’association traite également les situations de rupture (baisse de ressources, perte de logement par exemple). Quelle que soit la situation, nous pouvons les aider.

Nous avons les connaissances, l’expertise pour aider un plus grand nombre, un site internet, des comptes sociaux, mais pas les moyens de nos ambitions. Nous n’avons pas l’infrastructure et les moyens financiers nécessaires pour faire face à la crise sous-jacente.

Nous avons lancé un programme d’accompagnement et des services d’aide pour ceux qui souffrent de cette crise.

 

—–

[1] https://www.avise.org/portraits/cresus

error: contenue protégée